Home Culture Quels sont les timbres du monde difficiles à se procurer pour un philatéliste amateur ?

Quels sont les timbres du monde difficiles à se procurer pour un philatéliste amateur ?

5 min read
0
0
383

Les philatélistes s’intéressent surtout aux timbres rares pour avoir une collection unique. Ils n’hésitent pas à faire des recherches et à dépenser une fortune pour acquérir des pièces de renom. Ils se renseignent auprès des professionnels de la philatélie pour connaître les timbres du monde difficiles à trouver et ils font tout leur possible pour s’en procurer.

Le Bleu de Prusse

Le Bleu de Prusse, par exemple, est un timbre de collection très rare. Il se démarque par sa gomme intacte, son centrage parfait, sa dentelure bien réalisée et l’intensité de sa nuance. En fait, la rareté de ce timbre est due à son très faible tirage réalisé par l’imprimerie alors que celle-ci était encore en partenariat avec la Banque de France.
Mis à part cela, l’impression du 1 c dans cette nuance si particulière n’a duré que très peu de temps. D’après les spécialistes de la philatélie, sa date d’utilisation la plus ancienne est le 13 septembre 1880.

Le British Guiana One-Cent Magenta

Le British Guiana One-Cent Magenta est également considéré comme le timbre le plus rare au monde. Il a connu une rupture d’approvisionnement en 1856. Du coup, il n’existe qu’un seul exemplaire : un modèle de forme octogonale qui mesure 2,54 cm sur 3,18 cm et qui est imprimé en noir sur fond rouge magenta.
Il convient de noter que ce fameux timbre est signé par le responsable des postes de l’époque et il représente un bateau entouré de la devise « Damus Petims Que Vicissim ». Il coûte très très cher, puisqu’il fut adjugé pour la somme de 9,4 millions de dollars en 2014. En fait, il détient le record du monde du timbre le plus cher vendu aux enchères.

Le no1 10 c typographié

Tous les philatélistes connaissent aussi le no1 10 c typographié. Ce timbre est très rare, car seuls les facteurs en disposaient. Il ne fut effectivement pas vendu au public et il fut utilisé jusqu’à épuisement sans reliquat récupérable. Selon les experts, ce timbre a sûrement connu un tirage très faible, puisque le no2 10 c typographié commençait déjà à le remplacer quelques mois après sa première impression.
Il y a lieu de préciser qu’on parle ici du timbre pourvu de la gomme d’origine. Les 10 c lithographiés neufs sans gomme sont assez nombreux. En général, il s’agit de timbres qui ont échappé à l’oblitération ou que les philatélistes ont récupérés de leurs supports.

Load More Related Articles
Load More In Culture

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also

Bijoux ethniques, de quoi parle-t-on ?

Les bijoux ethniques ne sont pas de simples créations de joailliers. Ils sont généralement…